Vidéo Séance de thérapie par exposition à la réalité virtuelle

Isaac Maarek

22/10/2018

soigner ma phobie, comment soigner ma phobie sur Jérusalem, soigner votrephobie par réalité virtuelle

www.up-to-care.com 



Vous vous demandez  ......
comment se déroule les séances de Thérapie par exposition à la réalité virtuelle (Terv)  ?


Lors de la première séance, un de nos thérapeute vous écoute avec bienviellance et vous pose certaines questions sur votre histoire (amniogénèse)
Il établit à l'issue de celle-ci un diagnostic précis et rigoureux et décide si l'exposition à la réalité virtuelle est le traitement adéquat. (Durée 1 h environ).

Le thérapeute vérifie avec la patiente, par exemple, que sa "peur des ascenceurs" qu'elle pensait être une phobie (claustrophobie) ne masque pas un autre trouble, comme par exemple, un stress post traumatique ou une dépression dûe, en explorant son histoire, à une agression dans un ascenceur. Auquel cas le thérapeute traitera le trouble sous-jacent, principal,  par une autre technique de thérapie brève classique que la Terv (TCC, EMDR, Hypnose).

Si après vérification, il décide que la thérapie par exposition à la la réalité virtuelle (Terv) est le traitement adapté, le thérapeute commence par  un quart d'heure de "psycho-éducation" et explique au patient qu'il va l'exposer progressivement à sa peur (phobie des ascenceurs, par exemple), et lui donne également des outils pour meiux gérer l'anxiété qu'il va ressentir (techniques de relaxation basées sur la respiration, ...).

Il peux même lui faire de la relaxation en réalité virtuelle, par le module correspondant de l'application de Terv utilisée par UptoCare. (10 à15 minutes).

Après de la relaxation, le thérapeute va débuter l'exposition à la réalité virtuelle du patient, le thérapeute coiffe le patient du casque de réalité virtuelle,
place les écouteurs (ou le casque audio) dans ses oreilles,  et le bio-feedback sur 2 doigts de sa main (dont les mesures numériques sont traitées et interprétées dans l'application de Terv de notre thérapeute dans le diagramme d'anxiété du patient).

Il démarre proprement dite "l'exposition à la réalité virtuelle" par le module de l'application de Terv qui correspond à son trouble : phobie, autre trouble.

Cette exposition à la réalité virtuelle en fin de première séance ne dure que 2 à 3 minutes et n'est effectuée par le thérapeuteque que pour évaluer et mesurer le niveau ou degré d'anxiété du patient confronté à "sa peur" (mesure effectuée par le Bio-FeedBack et interprétée par l'application de Terv). En fonction du degré d'anxiété mesuré pour le patient (sur une échelle de 1 à 10) le thérapeute va définir précisément le protocole adapté au patient.


Lors des séances suivantes :

La deuxième et troisième séance  -  (45 minutes environ) :


Selon le degré d'anxiété du patient mesuré lors de la première séance, en exposition à sa peur, le thérapeute va décider à quel stade des séances,
il va commecer à exposer le patient à sa peur en réalité virtuelle. Si le degré d'anxiété est supérieur ou égal à 6, ces deux séances seront consacrées uniquement à de la relaxation. Sinon, il débute ces 2 séances par 20 minutes de relaxationet enchaine par 25 minutes d'exposition à sa peur.

Le Thérapeute débute la séance par de la relaxation (cohérence cardiaque, et autres méthodes). Le Thérapeute mesure l'anxiété en début de séance.

Il coiffe le patient du casque de réalité virtuelle et des écouteurs et place le biofeddback sur ces doigts. Il le guide ensuite au travers du module de relaxation de l'application de Terv, où le patient est immergé dans un enviromment virtuel trés apaisant et relaxant, avec la voix d'un thérapeute entendue dans les écouteurs, qui le guide et lui donne des exercices de relaxation. Le Thérapeute remesure l'anxiété du patient après relaxation.

Le Thérapeute consacre la deuxième partie de ces séances à l'exposition progressive, en réalité virtuelle aux situations phobogènes du patient 

Le Thérapeute peux entièrement paramétrer le contexte de l'environnment virtuel (dans la peur de l'avion, il peux placer le patient "chez lui", à la maison en attente duTaxi qui doitle conduire à l'aéroport ou directement le placer dans l'aéroport. Il peux décider de le placer ensuite dans l'avion à l'arrêt et l'habituer à être assis dans l'avion et gérer ses émotions. Il paramètre la météo extérieur, le nombre de passagers assis à côté de lui, ....).
Le décollage de l'avion sera peut être que pour la quatrième séance ! (pour un phobique de l'avion).

A la fin des séances, le patient enlève le casque de réalité virtuelle et le thérapeute débrieffe avec lui quelques minutes. 



De la quatrième à la dixième séance (en moyenne) - (45 minutes environ)  :

A partir de la quatrième séance pour les patients trés anxieux, (degré anxiété mesuré supérieur
à 6 ) et dés la deuxième ou troisième pour les autres, le thérapeute  expose progressivement le patient à sa peur avec à chaque des degrés de difficultés plus grands pour le patient (pour le phobique de l'avion, le décollage, éventuellement des turbulences plus ou moins importantes, en vol, et l'attérissage de l'avion....).
Le contrôle del'environnement est total. Il suit en parallèlle le degré d'anxiété du patient qui s'affiche en temps réel, dans la courbe d'anxiété de l'application de Terv, sur l'écran de son ordinateur; il demande au patient également, son ressenti et son degré d'anxiété estimé sur une échelle de 1 à 10, et l'inscrit aussi dans le dossier "patient".

Le principe de la thérapie par exposition à la réalité virtuelle (et celui des TCC) est d'exposer le patient progressivement à sa peur pour provoquer
chez lui de l'anxiété et lui apprendre à la gérer, dans un premier temps,  par des outils de relaxation et des pensées positives et rassurantes 
(psycho-réeducation) dans un deuxième temps, pour ensuite diminuer et éteindre sa peur. (on parle "d'habituation").

En général, les effets positifs de la Terv commencent à être ressenti par le patient, et observés par le thérapeute, à partir de la 4 ième séance.

En régle générale, 10 séances de Terv sont nécessaires pour "éteindre" la peur du patient (ou la rendre acceptable car faible) et le tariter de sa phobie;

Il pourra alors prendre l'avion (pour aviphobie) ouprendrel'ascenceur (calaustrophobie).... Liberté et autonomie retrouvées pour la personne enfin !

C'est vraiement fini ma phobie ... Je peux enfin mener une vie normale ....

Ma phobie n'est plus qu'un mauvais souvenir ... c'est du passé.


Sonia Maarek
www.up-to-care.com
Psychothérapeute, formatrice en coaching
Tel : 052 519 96 91