Comment faire à face et diminuer l'angoisse grandissante du Virus Covid-19 ou Coronavirus, cet enmmei invisible !?

Comment traiter, diminuer notre angoisse et notre peur d'être contaminé, infecté par le virus Covid-19 et tombé malade plus ou moins gravement selon les personnes, leur âge et leur état de santé général et la forme ou souche de ce Virus dont on est infecté. La forme la plus dangereuse étant la forme SARS-Cov2 maladie et de situation d'insuffisance respiratoire aigue dans les cas les plus graves du Covid-19 ? Lisez notre article qui vous apportera des réponses


D'où provient notre anxiété liée à cette pandémie du virus Covid-19 (Coronavirus) ?

Face ce virus inconnu ou presque fin 2019, qui s'est répandu térs rapidement dans le monde entier (pandémie) début 2020, en Février-Mars 2020, qui a fait des centaine de milliers morts dans le monde, 
et qui est combattu par les gouvernements des principales mondiales comme un ennemi à qui on déclare "la Guerre",sauf que celle-ci est asymétrique, non conventionnelle et attaque les pospulations civiles pricipalement et notre ennemi est invisible et peut s'avérer terrifiant ! il se répand de façon exponentielle chaque jour par le toucher, les voies respiratoires (inhalation de goutelletes suite à éternuement d'une personne contaminée ou porteuse du virus à proximité de nous, dans les 2 mètres, sans masque).

Certains de nos comportements s'expliqueraient par la perte de nos repères, perte de notre liberté.

Lors de la première vague, il s’est crée des mouvements de paniques générés par la ruée dans les supermarchés, le fait de voir les rayons vides augmente notre sentiment d’insécurité.
Avec la peur de voir nos placards et frigidaire vident, s'est ajoutée la peur de perdre un être cher, un ami, et la peur de mourir. On remarque une véritable épidémie de la peur avec des comportements d’évitements, une anxiété massive, des angoisses de mort. Plus la charge émotionnelle est forte et plus les personnes ont des difficultés à faire face à la situation. L'ennemi est invisible et il crée une situation d’impuissance. On ne peux pas savoir les endroits "dangereux" ou les "comportements à risques" à éviter à éviter (comme dans le cas de l'alcool, drogues,....). Tout le monde est concerné voir menacé.

Et, voilà comment se crée une réaction en chaîne qui fait que les personnes se sentent vulnérables et ressentent de l'anxiété et de l’angoisse.

La période de déconfinement, en attendant une deuxième vague prévisible, peut donner l’impression que nous marchons vers l'inconnu, en équilibre instable, et que nos états d'âme peuvent osciller entre 2 pôles contraires :

- vers la peur, qui paralyse  "Le virus est partout, je refuse de sortir ou d’envoyer mes enfants à l’école" 
- vers une forme de désinvolture « Il faut bien continuer à vivre, on en fait trop avec ce virus».

Habituellement, chacun trouve son équilibre, plus ou moins stable, entre ces deux pôles.

Cependant, il arrive que des conditions très exceptionnelles et chaotiques, comme celle que nous traversons, mettent à mal ce savant dosage de crainte et d’audace, précipitant certains d’entre nous
dans des excès de l’un ou de l’autre. Le déconfinement peut générer ce type de dérapage, plus ou moins problématique. La crainte se transforme alors en angoisse, voire en terreur irrationnelle et incontrôlable.Tenaillés par l’angoisse, les uns risquent de perdre beaucoup en liberté d’action.


Quelles réponses et quels conseils (repères et règles à suivre) peut-on donner pour vous permettre de combattre cette anxiété : ?

Les comportements des uns influent d’ailleurs sur le ressenti des autres. Voir certains négliger les gestes barrières ne fait qu’accentuer les angoisses des inquiets. Aux anxieux, dont la peur naît très souvent d’un sentiment d’incertitude, on peut d’abord rappeler que les connaissances sur l’épidémie ont progressé de manière spectaculaire en quelques semaines. Nous savons désormais plus précisément comment se propage le virus et comment l’éviter en grande partie, en plus de tous les progrès qui ont été faits dans la prise en charge des malades.

Quand on est anxieux, on a besoin de repères et de règles à suivre.

Or, dans la période actuelle, ces règles existent et peuvent donc servir de cadre rassurant.
Lorsque celles énoncées précédemment sont appliquées rigoureusement, les risques de se contaminer et de tomber malade sont très faibles.

la règle principale  est d'appliquer les consignes de sécurités données par l’OMS, c’est faire preuve d’une attitude responsable. Covid-19: Une page d'information officielle mise en place par le gouvernement est alimentée quotidiennement : www.gouvernement.fr/info-coronavirus.
Port du masque dans les endroits publiques, distanciation sociale, se laver les mains fréquemment, ...

Naturellement, le risque zéro n’existe pas, et il n’est donc pas possible de vous assurer que vous ne risquez jamais de contracter le virus en appliquant ces règles. Mais il faut alors se rappeler qu’en cas de contamination la gravité de la maladie pour une personne donnée est le plus souvent très faible avec, en moyenne, un taux de formes graves inférieur à 15 % et un taux de létalité inférieur à 1 %.

Ces taux sont plus élevés chez les sujets à risque, surtout les personnes âgées qui nécessitent des précautions encore plus rigoureuses que les autres. Même porteuses d’affections repérées comme des facteurs de risque (obésité, diabète, cancer notamment), l’immense majorité des adultes d’âge jeune ou moyen ne développent pas de formes graves.

La deuxième chose est de faire la chasse aux pensées anxiogènes parasites et dont l'information n’est pas vérifiée.

S’informer sur ce que les études scientifiques qui ont été publiées et formelles : le Corona virus provoque pour la plupart du temps des symptômes bénins. Environ 80% des malades guérissent sans traitement particulier.

Mieux cibler vos peurs pour mieux les appréhender

User de votre courage et de votre discernement et vous verrez votre charge émotionnelle diminuer. Dans un premier temps, c’est de nommer vos craintes, angoisse, les exprimer pour en avoir conscience. On devient plus lucide quand on comprend ses peurs psychologiques et comment modifier ses pensées négatives en prenant des décisions positives.

Filtrer le flux d’informations

L’information numérique nous envahît, la multiplication d'informations parfois déformées, confuses, contradictoires augmente le sentiment d’impuissance, de confusion et nous rends plus vulnérable et anxieux. Apprenez à moins être « scotché » à votre smartphone, limitez vous à quelques sources d’informations limitées dans la journée.
.

Se « désensibiliser » de la peur

Le meilleur moyen de lutter contre l’anxiété du déconfinement, et donc l'anxiété d'être contaminé et infecté par une personne "porteuse" ou "infectée"du Covid19, après avoir bien assimilé les recommandations, est de se confronter au monde extérieur quand on doit le faire.

Des mécanismes très élémentaires mais puissants de l’esprit et du cerveau font que plus on évite une situation par peur, plus la peur augmente. Ce cercle vicieux est à l’origine de la plupart des phobies, qui conduisent à redouter de plus en plus, et donc à éviter de plus en plus, des situations en fait non réellement dangereuses. Ce modèle peut être appliqué à la peur du déconfinement, car objectivement, se rendre dans les lieux publics en appliquant les gestes barrières ne constitue pas une situation réellement dangereuse, au sens où elle ne nous expose pas à une menace physique immédiate.

Comme pour toute peur excessive, il faut donc se confronter, très progressivement si besoin, aux situations redoutées, en l’occurrence aux sorties dont vous n’avez plus l’habitude et qui vous paraissent inquiétantes. Vous pouvez ainsi commencer par retourner dans des rues peu fréquentées, en y restant peu de temps, et répéter peu à peu ces exercices. L’essentiel est de le faire de manière progressive mais répétée, pour se « désensibiliser » de la peur.

Vous pourrez ensuite passer à des stades un peu plus compliqués, comme les rues plus passantes ou les magasins. En plus de ceci, la pratique de méthodes simples de relaxation ou de respiration pourront vous être utiles pour faire baisser votre niveau général de stress et mieux lutter contre les signes de l’anxiété.

Si l’anxiété persiste !

Si malgré vos efforts vous ne parvenez pas à surmonter vos peurs, c’est peut-être que vous êtes particulièrement sensible au développement d’un trouble anxieux, une forme d’anxiété excessive et handicapante. Dans le contexte du post-confinement et de l’épidémie, au moins trois types de troubles anxieux peuvent s’installer ou s’aggraver : l’agoraphobie (peur de se sentir mal dans les lieux clos ou dans la foule, ou à distance de chez soi), la phobie sociale (peur du regard des autres) et les troubles obsessionnels-compulsifs (peur envahissante, notamment de se contaminer par inadvertance).

Si vous ressentez ce type de peur persistante, ou si vous ne parvenez pas à surmonter d’autres symptômes d’anxiété gênante, la meilleure solution est de consulter un professionnel qui pourra vous proposer une aide efficace au travers de différentes méthodes de thérapie.

Ces troubles sont fréquents, et il ne faut ni culpabiliser de les traverser, ni dramatiser le fait de consulter un psychologue ou un psychiatre.

Up to Care vous propose des consultations en ligne avec un(e) psychothérapeute expérimentée spécialisée en thérapies brèves (tcc, hypnoses) et en thérapie par exposition à la réalité virtuelle
(ou encore appellée Terv). Prenez vous en main et Contactez nous.


Site Web : https://www.up-to-care.com
Mail : institut.uptocare@gmail.com
Tél : voir sur le site web


Sonia Maarek   Psychothérapeute spécialisée en Terv, TCC, et Hypnoses
Directrice de l'Institut de formations certifiantes Up to Care 

Up to Care, Institut de formations certifiantes et innovantes, en :
Thérapie par Réalité Virtuelle, TCC, Hypnoses, Coaching, PNL 


Web site :  https://www.up-to-care.com

21/07/2020